Atelier cuir, Maroquinerie pour homme, Petite maroquinerie

Du tissu au cuir, de la couture à la maroquinerie

Chères couturières, amatrices, débutantes ou confirmées, ne me dites pas que vous n’avez jamais songé à coudre du cuir, à vous réaliser ce petit sac ou accessoire juste parfait en cuir (et pas en simili)! Je ne vous croirais pas ! 🙂 Peut-être avez-vous déjà testé?

cuir-et-poesie-couleurs-de-peaux-maroquinerie-sellerie-sarahbobinchC’est avec une âme de couturière que je suis entrée dans l’univers de la maroquinerie. Quand j’ai découvert le travail du cuir, quand j’ai pu observer le travail d’artisans face à cette matière encore étrangère pour moi j’ai eu un déclic… Absolument tout m’a séduit, l’odeur, le toucher… Et même le bruit du cuir. Le bruit des aiguilles qui le cousent, le bruit du papier de verre sur le cuir, le bruit de la cire d’abeille qu’on frotte amoureusement sur les tranches de cuir… J’ai tout de suite voulu avoir ce métier de maroquinier entre mes doigts…

Mais quelle frustration devant cet univers inconnu à mes yeux qui pourtant étaient déjà familiarisés avec la couture… Je savais réaliser des patrons pour mes vêtements, mes sacs, mes accessoires… Mais avec les procédés de la couture.

A la vérité, j’avais tout à découvrir… Presque tout est différent quand on passe de la couture à la maroquinerie. Et c’est un challenge vraiment passionnant que de faire des liaisons d’un univers à l’autre ❤ . Je voudrais, comme s’il s’agissait d’un dictionnaire bilingue, tenter de vous proposer une traduction couture-maroquinerie grâce à ce que j’ai pu moi-même découvrir.

  1. Du « patron » au gabarit

Commençons par le début, c’est-à-dire par le patron de couture. Notre bon vieux système de patronage sur papier burda ou papier kraft est à oublier quand on prend les lunettes de la maroquinerie. Les maroquiniers utilisent des gabarits de travail et de coupe, en papier cartonné.

  • Le gabarit de travail est le patron à taille réelle et définitive du produit
  • Le gabarit de coupe , c’est le gabarit de travail + une valeur supplémentaire (en général 3mm) tout autour, qu’on va utiliser pour, comme son nom l’indique, couper sur le cuir. La valeur ajoutée ne correspond pas du tout à la valeur de couture, qui n’existe pas réellement en maroquinerie. Elle sert à pouvoir retailler à la bonne dimension le morceau de cuir coupé à l’aide du gabarit de travail après l’avoir désépaissi (on parle de refente).

Les gabarits utilisés pour la maroquinerie sont réalisés grâce à un procédé de double symétrie que je vous expliquerai dans un autre article si cela vous intéresse. 🙂

2. La coupe 

A l’inverse du tissu qui se coupe sur l’envers (on place les différents éléments du patron sur l’envers du tissu replié), le cuir se coupe sur l’endroit, qu’on appelle côté fleur, par opposition au côté chair.

On peut ainsi y repérer les éventuels défauts à ne pas couper pour réaliser notre petite création (Et oui! le cuir, ce n’est pas du tissu ! c’est de la peau, et sur la peau, il peut y avoir plein de défauts, du type blessures de barbelés, tâches de maladies, cicatrices… ). Le cuir se calcule en mètres carrés et non en mètres linéaires comme le tissu.

La coupe se fait au cutter, qui permet d’être plus précis qu’avec des ciseaux. Mais cela nécessite un entraînement… Couper au cutter, ça n’est pas si évident (je parle de mon expérience bien sûr 😉 ) ! Il faut noter aussi que maroquiner demande beaucoup de précision: c’est au millimètre près ! Impossible d’envisager de maroquiner sans réglet !

coupe-cutter-cuir-vachette-maroquinerie-sellerie-artisanat-sarah-bobinchcoupe-cutter-cuir-maroquinerie-gabarit-sarahbobinch

3. Piqûre? Couture? Un vrai méli-mélo

Après la coupe, il faut, bien évidemment passer aux étapes de montage; et donc à la couture ! (je passe l’étape du parage qui n’existe absolument pas dans l’univers du couturier mais qui consiste, pour faire bref, à désépaissir la partie qui va être cousue, le cuir étant une matière épaisse).

Mais il existe, pour être synthétique, deux écoles chez les maroquiniers. Il y a les maroquiniers et les selliers.

Les selliers sont maroquiniers, mais ils ont cette particularité de coudre à la main. Il s’agit donc, pour employer le vocabulaire adapté, de couture.

Lorsque c’est cousu à la machine, on parle de piqûre. Piquer le cuir nécessite pour les machines familiales un pied à double entraînement, que j’ai testé (voir à la fin de l’article les liens utiles pour les outils fondamentaux) ou (et je ne cache pas que c’est la meilleure solution) une machine à triple entraînement (industrielle).

Pour pratiquer et découvrir la couture sellier, il vous faudra:

  • une pince à coudre
  • des griffes à frapper (pour marquer l’emplacement des points de couture sur le cuir)
  • du fil de lin
  • de la cire d’abeille
  • des aiguilles de sellier

C’est une technique particulière, pour laquelle il faut coudre avec deux aiguilles enfilées sur le même fil de part et d’autre. Les deux mains doivent donc être libres: c’est ce qui justifie la présence d’une pince à coudre, qui, enfilée entre les jambes, permettra de maintenir votre travail pendant que vous le cousez.

4. Les finitions

A l’inverse des couturiers, les maroquiniers aiment rendre les coutures apparentes. Quand on coud, on cherche à rendre les coutures invisibles. Quand on maroquine, il faut faire des coutures impeccables, parce qu’on retourne rarement nos créations. Elles sont cousues sur l’endroit, les coupes étant souvent nettes et le cuir n’étant pas une matière qui s’effiloche (oubliez la surjeteuse).

Ainsi, une fois les coutures faites, il faut les frapper avec un marteau adapté (j’utilise un marteau blanchard de taille 3). Il convient ensuite de s’occuper des tranches (des bordures) du cuir, qui ne sont pas camouflées parce que le travail n’est pas retourné.

Les contours du cuir sont filetés, c’est à dire qu’on trace, à l’aide d’un fer à fileter, une ligne à chaud sur les bords du cuir. Cela permet de renforcer l’assemblage, de rendre la tranche plus fine et de faire une belle finition. Dans le monde de la maroquinerie, l’esthétique du filetage est prisé (notamment dans la maroquinerie de luxe).

filetage-fer-a-fileter-maroquinerie-finition-sarahbobinch

Une fois le filetage effectué, les tranches sont teintées. Il faut utiliser de la teinture spéciale, trouvée dans les magasins spécialisés (voir ci-bas la liste des magasins en ligne que j’ai testés).

teinture-tranche-cuir-finition-maroquinerie-sarahbobinch

Les finitions sont appelées astiquage. Il s’agit:

  • de fileter
  • de poncer les tranches afin de les rendre les plus lisses et droites possible
  • de teinter
  • de plaquer la teinture (avec un autre filet que le fer à fileter: un filet simple)

fer-a-lisser-sarahbobinch-filet-simple

 

Après vous avoir présenté toutes ces étapes de fabrication, j’ai bien envie de vous montrer le produit fini… Il s’agit d’un portefeuille (pour mon homme- mais c’est un secret 😉 )

 

Voilà mon petit dictionnaire de traduction couture-maroquinerie écrit. J’ai été synthétique, bien entendu… Il manque quelques éléments mais j’ai voulu retranscrire l’essentiel. J’espère que ça vous aura apporté quelques réponses, et pourquoi pas, suscité l’envie, comme à moi, de découvrir l’univers des maroquiniers ! Je saurai me rendre disponible si vous avez des questions, s’il y a des manques à combler dans cet article pour satisfaire votre curiosité, et si bien sûr, cela relève de mes connaissances, encore toutes jeunes 🙂 .

Pour ma part, je reste maroquino-couturière… Parce que j’estime que la créativité ne doit pas être limitée par des catégories et des techniques associées à celles-ci. Ainsi donc, j’aime piocher de part et d’autre pour fabriquer les idées qui me viennent.

Ci-dessous, vous trouverez quelques liens utiles pour vous lancer !

A très vite ❤ !


Vous pourrez trouver une pince à coudre, du fil de lin, des aiguilles, de la cire d’abeille et tant d’autres outils utiles sur ces sites :

Decocuir (mon chouchou ! rapide, sérieux, efficace ! )

Cuirtextilecrea  (une très belle offre d’outils, quasiment exhaustive)

Creacuir (les essentiels !)

J’ai trouvé mon pied à double entraînement sur alittlemercerie, ici.

 

12 thoughts on “Du tissu au cuir, de la couture à la maroquinerie”

      1. Oh oui, je vais suivre ça de près 🙂 Je me suis lancé dans la couture du cuir à l’aveugle et je suis vraiment passionnée, mais n’est pas trouvé le temps d’observer tous ces genres de détails ❤

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s